Le retour du Journal de Fabrice Neaud en 2012

Très bonne nouvelle : le dessinateur poursuit son travail (autobio)graphique sur un nouveau blog, Journal direct.

Une date, un dessin à l’encre de Chine noire, une liberté graphique et de l’expérimentation, un auteur/narrateur qui dit « je »… La structure de la page forme comme la signalétique du Journal de Fabrice Neaud. Le dessinateur qui a révolutionné la BD autobiographique, au milieu des années 90, fait à nouveau parler de lui à travers un blog aux publications hebdomadaires ouvert ce lundi 3 septembre, Journal direct. C’est, en somme, la suite tant attendue de son quadriptyque interrompu en 2002.

Le quatrième volume laissait Fabrice, en juillet 1996, en train de remonter la pente suite à son histoire avec Dominique. L’ouvrage s’achevait sur l’annonce des vacances du personnage avec deux amis. Il laissait également en tête quelques images de grandes étendues, de petits villages et d’une mer qui contrastaient vraiment avec le monde de la ville dans lequel se déroule tout le récit.

L’expérimentation par le journal direct

Depuis 10 ans, les lecteurs séduits par l’œuvre de Fabrice Neaud attendent la sortie d’un cinquième tome vaguement annoncé. En 1999, le dessinateur réalise Emile, une nouvelle graphique d’une trentaine de pages qui aurait dû être publié trois ans plus tard dans un roman intitulé Capitaine Emile – la nouvelle est aujourd’hui en ligne sur le site d’Ego comme X. La bande dessinée poursuit l’histoire du Journal, en 98-99, mais contée avec un procédé de recul radicalement différent du travail précédent de l’auteur : aucun des personnages n’est jamais dessiné, que ce soit Fabrice ou Emile.

Le récit publié sur le nouveau blog de Fabrice Neaud reprend en 2003, cinq ans donc après sa rencontre avec Emile/Antoine, et devrait couvrir deux ans. Il s’agit en fait d’une « sélection de planches d’un Journal direct commencé en 2003, soit une année après la parution du Journal (4), et resté inédit à ce jour », lit-on sur le site d’Ego comme X.

L’idée du journal direct n’est pas neuve : en 1997, l’auteur publie dans la revue Ego comme X (n°5) une « Première tentative de journal direct ». Dans ces 40 pages, il expérimente une nouvelle manière de dessiner un journal intime, avec une spontanéité plus importante et, de fait, un recul moins présent. Concrètement, le dessin est réalisé très rapidement après l’événement qu’il raconte.

Cette technique est reprise dans le premier billet de son blog. Ouvrant sur le Journal de Léon Bloy, romancier et essayiste français des XIXe-XXe siècles, les 9 pages publiées enchaînent avec rapidité différents événements de la vie de Fabrice ponctués par une voix off. Dans le désordre, le lecteur y trouve plusieurs scènes de sexe au jardin public, le souvenir violent d’Emile/Antoine dessiné pour la première fois, la famille, et un homme « qui me laisse […] muet d’admiration ».

« Les petites crottes autobiographiques »

L’émergence de ce blog est une véritable surprise. Rappelons que dans la nouvelle édition de son journal, parue fin 2011, Fabrice Neaud sous-entendait que le tome 5 ne paraîtrait probablement jamais, pour des raisons juridiques et esthétiques, fustigeant au passage les récits autobiographiques actuels : « Comme je ne peux me résoudre à rétrograder l’ambition du Journal (je ne vais pas fonctionner en sous-régime et l’art lutte contre le principe d’entropie) au point de le faire ressembler à toutes les petites crottes autobiographiques version troisième millénaire, il est évident qu’en l’état actuel des choses, et ce n’est pas prêt de s’arranger, puisque la tendance est à plus de durcissement encore, la réponse à la question initiale risque fort d’être : jamais. » (à lire sur le site d’Ego comme X).

La critique suit la réflexion amorcée dans le célèbre entretien croisé Fabrice Neaud/Jean-Christophe Menu dans L’Eprouvette (n°3, 2007) – lire d’ailleurs le texte de David Turgeon, « Crise de l’autobiographie », publié en 2010 sur du9. Difficile de ne pas voir dans ces « petites crottes autobiographiques » une référence à l’avènement des bédéblogs et leurs publications papier en masse.

La question est un peu poussée, mais reste légitime : est-il possible de lire Fabrice Neaud, et d’autant plus le Journal, sur un blog ? Ce support d’expression ne suppose-t-il pas un travail bien spécifique sur le format et le dessin ? L’intention est-elle la même ? Quand l’auteur, dans le Journal, raconte la lente émergence des éditions Ego comme X, puis la publication de son propre travail, il réalise une sorte de mise en abyme qui a autant valeur de mémoire que d’un cadre spatio-temporel dans le récit. Cela a-t-il le même sens sur un blog ? Le but est-il uniquement de publier quelque part la suite du Journal pour combler une attente, ne pas laisser aux oubliettes un travail de longue haleine ou pour l’effet cathartique de la publication ? L’absence de commentaires, et donc d’intervention directe de l’internaute, le laisse penser.

Le retour au blog est d’autant plus surprenant, et intéressant, que Fabrice Neaud a déjà eu l’expérience du média. Il a réalisé plusieurs blogs d’écriture dont le dernier, Lettres à un Kosovar, s’est interrompu en 2010 suite aux réactions violentes de certains internautes. Reste à voir si, suite au succès espéré de Journal direct, l’auteur ne décide pas de poursuivre cette aventure sur le Web ou dans une autre version. Quant à savoir si les contenus de ce blog paraîtront un jour dans une édition papier, les éditions Ego comme X répondent prudemment : « Il sera pour l’instant sous forme de blog car il s’agit pour l’instant de pages éparses, en cours ou parfois interrompues » lit-on sur la page Facebook des éditions. Quoi qu’il en soit, après la sortie de Nu Men en janvier, il est sûr que les lecteurs de Fabrice Neaud n’en attendaient pas tant.

Crédits: Fabrice Neaud © Ego comme X.

Gwendal Fossois

 

A LIRE SUR FABRICE NEAUD :

Fabrice Neaud se lance dans la SF

Le « Journal », labo d’expérimentation de l’obscène

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s